Ségolène Royal veut interdire l’importation du gaz de schiste

Après l’interdiction de l’extraction du gaz de schiste en France, Ségolène royal cherche à en interdire l’importation.

Pour la ministre de l’écologie Ségolène Royal, c’est clair, les énergies fossiles appartiennent au passé. Cela s’inscrit tout à fait dans l’esprit de la loi du 13 juillet 2011 qui interdit l’extraction du gaz de schiste sur le sol français.

Mais Ségolène Royal veut aller plus loin. Elle a affirmé cette semaine qu’elle allait « examiner juridiquement la façon dont nous pouvons interdire l’importation de gaz de schiste ». Cette déclaration faisait suite à une question posée par Cécile Duflot, la députée écologiste et ancien ministre dans le gouvernement Ayrault, à propos des contrats que le groupe français Engie (anciennement GDF Suef) à signé avec l’entreprise américaine Cheniere. Ceci ouvrant la voie à la livraison de gaz de schiste américain en France.

Ségolène Royal

Crédit : Patrick Swirc

Reste que la loi actuelle interdit bien l’extraction du gaz de schiste en France. Mais elle ne statue pas sur une éventuelle interdiction de son importation en France. D’autant que le gaz de schiste américain est actuellement vendus à des prix très bas, ce qui est favorable aux entreprises qui vendent du gaz en France. Ceci se traduit, certes dans une moindre mesure, sur le montant des factures des particuliers.

Bien que la fracturation hydraulique ait été interdite en France, celle-ci est actuellement largement exploitée aux États-Unis. Ce pays est devenu dès 2011, le premier producteur mondial de gaz, avant de devenir le premier producteur de pétrole en 2014. Mais cette exploitation effrénée est largement critiquée pour ses effets dévastateurs sur l’environnement. C’est la principale raison qui a justifié son interdiction en France.

Reste que la ministre de l’écologie est restée assez discrète sur les voies entrevues pour faire interdire l’importation de gaz de schiste en France. Il faudra donc attendre pour connaitre les arguments de Ségolène Royal.

Enregistrer

27 licences d’exploitation accordées au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni propose 27 licences d’exploration du gaz de schiste afin de donner un « coup de pouce » à l’économie

Le gouvernement du Royaume-Uni a mis à disposition 27 nouveaux permis de recherche pétrolière et gazière sur son sol. Ceci ouvre ainsi 270 km² du pays à la fracturation hydraulique

« Dans le cadre de notre plan à long terme pour bâtir une économie plus stable, pour créer des emplois et pour fournir un approvisionnement énergétique sûr, nous continuons à soutenir notre industrie du pétrole et du gaz. Ainsi que le développement en sécurité du gaz de schiste au le Royaume-Uni, » a déclaré le ministre de l’Énergie Lord Bourne dans un communiqué.

Selon le régulateur britannique «Oil & Gas Authority», chacun des 27 nouveaux permis d’exploration de gaz de schiste est d’environ 10 kilomètres carrés. Alors qu’un second groupe de 132 autres licences sera offert après une évaluation environnementale détaillée. Le régulateur a dit qu’il avait reçu près de 100 candidatures de 47 sociétés. Le Leader de l’exploration et du développement du pétrole et du gaz britannique IGAS et la compagnie française GDF Suez sont parmi ceux qui ont obtenu une licence.

  • Protestations des défenseurs de l’environnement

Cameron, Royaume-uni

David Cameron Crédit : Valsts kanceleja

«En plus d’un rôle important dans l’économie du pays, l’industrie du pétrole et du gaz jouera un rôle clé dans la fourniture d’énergie sûre et fiable aux foyers et aux entreprises britanniques», selon le ministère de l’énergie au Royaume-Uni Lord Bourne. Ce dernier a précisé que l’investissement dans le gaz de schiste en Grande-Bretagne pourrait être de 33 milliards de livres. Ceci pourrait soutenir ainsi 64 000 emplois.

Cette offre du gouvernement de permis d’exploration a suscité des protestations d’organisation de défense de l’environnement. Ces derniers craignent que la fracturation hydraulique contamine les réserves d’eau souterraine. De plus ils craignent que l’extraction du gaz de schiste cause des tremblements de terre.

Malgré cette opposition, le gouvernement britannique a été fortement de l’avant avec des plans pour exploiter les réserves de gaz de schiste dans le pays. Ceci afin de réduire sa dépendance aux importations d’énergie et générer des recettes fiscales supplémentaires. Le premier ministre conservateur britannique David Cameron a promis d’aller «à fond pour le gaz de schiste ». Ceci en réponse à la hausse des prix de l’énergie et au chômage dans le pays.

La fracturation hydraulique du gaz de schiste a été arrêtée en Grande-Bretagne en 2011. Ceci après avoir été relié à un certain nombre de tremblements de terre mineurs dans le nord de l’Angleterre.

Plusieurs abandons de projets d’exploitation de gaz de schiste

Pologne, Roumanie, Afrique du Sud. Plusieurs projets d’exploitation de gaz de schiste ont récemment été abandonnés.

En moins de deux mois, trois projets d’exploitation de gaz de schiste à travers le monde ont été abandonnés. Retour sur une actualité riche sur le front du gaz de schiste au niveau de la planète.

  • Pologne

projets de gaz de schiste dans le mondeChevron a annoncé officiellement le 2 février 2015 qu’il renonçait à poursuivre son projet d’exploitation du gaz de schiste dans le pays du président Bronisław Komorowski. Le groupe américain prend ainsi la même décision que Total quelques mois auparavant. Chevron indique de la chute des cours du baril, les difficultés géologiques rencontrées sur le terrain et le flou juridique en Pologne ont conduit le groupe pétrolier à renoncer à ses projets dans ce pays. Cette décision ne ne fait pas les affaires de la Pologne qui était un pays misant beaucoup sur cette source d’énergie.

  • Roumanie

Fin février, Chevron annonçait également l’abandon de ces projets d’exploitation du gaz de schiste en Roumanie. Là encore, la chute des cours du pétrole et les estimations grandement revues à la baisse quant aux réserves exploitables dans le pays de Mihai Eminescu ont fini de décider le groupe américain d’arrêter les projets qu’il avait dans ce pays. Chevron a annoncé vouloir consacrer ses ressources à d’autres projets plus lucratifs.

  • Afrique du Sud

Le 16 mars 2015, le groupe pétrolier hollandais Shell annonçait l’abandon de son projet d’exploitation du gaz de schiste en Afrique du Sud. Les raisons sont multiples. Lassé par les lenteurs de l’administration sud-africaine à lui octroyer une licence que Shell attend depuis six ans. Puis refroidi par les récentes hausses d’impôts sur le revenu. Finalement inquiet de l’opinion négative que prend la population locale à propos du gaz de schiste en Afrique du Sud. Le groupe pétrolier a donc décidé d’abandonner ses projets sud-africains.

Enregistrer

5 rumeurs sur le gaz de schiste à l’étude

On entend volontiers tout et son contraire à propos du gaz de schiste. Analyse des 5 rumeurs les plus entendues actuellement.

Dès qu’un texte ou un document met en valeur le gaz de schiste, on accuse le lobby pétrolier d’en être à l’origine. A l’inverse, dès que le gaz de schiste est critiqué, on prétend qu’il s’agit de légendes urbaines lancées par quelques illuminés. Mais alors, ou se situe la vérité ? Quels sont les rumeurs autour du gaz de schiste ? Sont elles vraies ?

  • N°1 des rumeurs : Il n’y a pas beaucoup de gaz de schiste en France…

rumeurs sur le gaz de schiste

Réserve de gaz de schiste en Europe
Crédit : Richard Newell

FAUX. D’après l’AIE, l’agence internationale de l’énergie, la France et la Pologne se partageraient la première place des pays européens possédant les plus grandes réserves de gaz de schiste en Europe.

Chacune de ces deux nations possèderait plus de deux fois plus de réserves que le troisième, la roumaine. Le bassin parisien et le sud est de la France serait les plus grosses réserves du pays.

  • N°2 des rumeurs : La fracturation hydraulique est une technique utilisant de nombreux produits chimiques toxiques…

VRAI. La fracturation hydraulique consiste à injecter une grande quantité d’eau afin de fracturer la roche emprisonnant du gaz afin de récupérer ce dernier. L’eau injectée est mélangée à hauteur de 1 à 2% à plusieurs produits chimiques comme de l’acide chlorhydrique ou de la soude caustique mais aussi du benzène, du toluène, du xylène, du méthanol, etc… L’eau utilisée pour le forage est en grande partie récupérée à la surface mais il subsiste toujours une petite partie qui restera sous terre, avec son cocktail de composants toxiques.

  • N°3 des rumeurs : La fracturation hydraulique contamine les nappes phréatiques de composants chimiques néfastes…

FAUX. Nous l’avons vu au dessus, la technique de la fracturation hydraulique emploie des produits polluants mais à ce jour, personne n’a pu démontrer que des nappes phréatiques aurait pu être contaminées par ces produits toxiques.

  • N°4 des rumeurs : La fracturation hydraulique crée des tremblements de terre…

VRAI. Une activité sismique plus intense a été constatée à proximité des exploitations de gaz de schiste. Mais attention, on ne parle ici tremblements de terre d’intensité 2 ou 3 sur l’échelle de Richter. Ils sont classés comme « très mineur » et ne sont généralement pas ressenti par l’homme.

  • N°5 des rumeurs : Les compagnies américaines qui exploitent le gaz de schiste sont en difficulté financière

VRAI. L’exploitation du gaz de schiste a nécessité des investissements importants pour les sociétés qui se sont lancées dans cette activité. Or, cette exploitation a justement permis d’extraire de grandes quantité de gaz, ce qui a eu comme effet de faire chuter les prix. Avec un prix du gaz faible, les sociétés en question ont donc du mal à amortir leurs lourds investissement.

Enregistrer

Enregistrer

Création de : le-gaz-de-schiste.info

Bienvenue sur le site internet le-gaz-de-schiste.info !

le-gaz-de-schiste.info est nouveau site qui a pour but de vous informer sur le gaz de schiste. Nous précisions tout de suite qu’il s’agit d’un site indépendant, dans le sens où nous ne sommes ni en faveur, ni contre le gaz de schiste.

En effet, nous ne sommes pas rattachés de près ou de loin ni à une entreprise de quelque nature que ce soit. Nous ne faisons pas parti d’un organisme quelconque (ONG, partis politiques, association de défense de l’environnement ou autres…)

le-gaz-de-schiste.info

Crédit : Phil Champion

Nous souhaitons diffuser les informations les plus factuelles possibles. Ceci afin de vous aider à comprendre ce qu’est le gaz de schiste, ses enjeux et ses problèmes. Le site le-gaz-de-schiste.info donnera régulièrement des informations par rapport à tout ce qui peut toucher de prêt ou de loin aux gaz de schiste. Ainsi vous serez maintenus à la pointe des techniques d’extractions, des débats techniques et politiques et des avis pro ou anti gaz de schiste.

Finalement, les dernières nouvelles concernant le sujet du gaz de schiste seront évoquées. Elles seront aussi commentées pour que vous soyez maintenu au courant de tout. Si une dépêche insolite venait à paraitre, nous ne manquerons pas de vous en faire part. Si de nouvelles techniques venaient à faire leur apparition, nous serons les premiers à les relayer sur notre site le-gaz-de-schiste.info ! Cela ne constitue que deux exemples parmi d’autres. L’avenir vous permettra de vous faire une idée plus précise de la ligne directrice que nous voulons donner à notre site.

Nous espérons que le site le-gaz-de-schiste.info répondra le plus possible à vos attentes. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires dans les sections prévues à cet effet. Les plus pertinents paraitront sur notre site.