Ségolène Royal veut interdire l’importation du gaz de schiste

Après l’interdiction de l’extraction du gaz de schiste en France, Ségolène royal cherche à en interdire l’importation.

Pour la ministre de l’écologie Ségolène Royal, c’est clair, les énergies fossiles appartiennent au passé. Cela s’inscrit tout à fait dans l’esprit de la loi du 13 juillet 2011 qui interdit l’extraction du gaz de schiste sur le sol français.

Mais Ségolène Royal veut aller plus loin. Elle a affirmé cette semaine qu’elle allait « examiner juridiquement la façon dont nous pouvons interdire l’importation de gaz de schiste ». Cette déclaration faisait suite à une question posée par Cécile Duflot, la députée écologiste et ancien ministre dans le gouvernement Ayrault, à propos des contrats que le groupe français Engie (anciennement GDF Suef) à signé avec l’entreprise américaine Cheniere. Ceci ouvrant la voie à la livraison de gaz de schiste américain en France.

Ségolène Royal

Crédit : Patrick Swirc

Reste que la loi actuelle interdit bien l’extraction du gaz de schiste en France. Mais elle ne statue pas sur une éventuelle interdiction de son importation en France. D’autant que le gaz de schiste américain est actuellement vendus à des prix très bas, ce qui est favorable aux entreprises qui vendent du gaz en France. Ceci se traduit, certes dans une moindre mesure, sur le montant des factures des particuliers.

Bien que la fracturation hydraulique ait été interdite en France, celle-ci est actuellement largement exploitée aux États-Unis. Ce pays est devenu dès 2011, le premier producteur mondial de gaz, avant de devenir le premier producteur de pétrole en 2014. Mais cette exploitation effrénée est largement critiquée pour ses effets dévastateurs sur l’environnement. C’est la principale raison qui a justifié son interdiction en France.

Reste que la ministre de l’écologie est restée assez discrète sur les voies entrevues pour faire interdire l’importation de gaz de schiste en France. Il faudra donc attendre pour connaitre les arguments de Ségolène Royal.

Enregistrer

Du gaz de schiste américain desservi en France

Du gaz de schiste américain se bientôt desservi dans le réseau français.

L’exploitation du gaz de schiste reste interdite en France mais pas l’utilisation de gaz américain importé, provenant de gaz de schiste. C’est ainsi que le groupe français Engie (anciennement GDF Suef) a signé un contrat avec l’entreprise américaine Cheniere. Engie va importer sur notre territoire du gaz potentiellement issu de gaz de schiste venant d’outre atlantique.

Engie va recevoir jusqu’à 12 bateaux chargés de GNL (gaz naturel liquéfié) en provenance des États-Unis. Ceci ouvre ainsi la porte à l’utilisation de gaz de schiste importé. C’est la seconde société à importer du gaz américain après EDF il y a déjà quelques mois.

Avec ce second accord entre une entreprise française et un groupe américain, la France se place comme une porte d’entrée du gaz de schiste made in USA dans l’hexagone mais également en Europe.

  • Pourquoi un tel accord entre un français et un américain ?

forage américain

Forage de Rulison Field, Colorado, USA

Les prix du gaz ont largement baissé avec la surproduction mondiale. Celle-ci étant liée en grande partie à l’exploitation effrénée du gaz de schiste coté américain. Il est important pour l’économie du secteur que cette surproduction soit écoulée afin de maintenir les prix. Cet accord est stratégique pour les deux sociétés que sont Engie et Cheniere l’américain. Le premier pouvant sécuriser ses approvisionnements à couts modérés. Le second pouvant écouler sa production sur capacitaire.

Pour autant ce récent accord franco-américain qui parait commercialement censé, passe mal à quelques jours de la tenue de la COP21. Cette dernière étant la conférence mondiale sur le climat qui se tient à Paris, entre les mois de novembre et décembre 2015. Le gaz de schiste est pour beaucoup une source de pollution importante pour l’environnement. Son extraction dégage d’importantes quantités de méthane, un gaz hautement néfaste pour la couche d’ozone. De plus, il contribue à la hausse des températures sur la planète.

Enregistrer

Enregistrer