Questerre évaluerait le gaz de schiste dans la vallée du Saint Laurent

La société Questerre sème le doute sur une possible exploitation des gaz de schiste dans la vallée du Saint Laurent.

La société Questerre a indiqué mener des évaluations sur les régions les plus propices à l’implantation d’un projet pilote d’extraction du gaz de schiste.

Le gaz de schiste n’a pas fini de faire parler de lui dans la vallée du Saint-Laurent. Alors que le premier ministre déclarait il y a moins de 6 mois qu’il n’y aurait pas de fracturation hydraulique dans cette région, une société pétrolière d’Alberta a publié un communiqué montrant son intérêt pour les régions de Bécancour et Lotbinière.

  • Questerre pourrait anticiper un prochain assouplissement des lois

Questerre investigue dans Lotbinière

Chapelle de Lotbinière.
Crédit : Gilbert Bochenek

Dans ce communiqué, la société Questerre a indiqué être en cours d’évaluation d’un projet pilote sur les gaz de schiste dans 2 municipalités régionales de comté (MCR). Ces dernières sont Bécancour, située à côté de Trois-Rivières d’une part. Puis Lotbinière, localisée près de Québec sur la rive sud du Saint-Laurent d’autre part.

Les critères qui ont mené à cette sélection sont la densité de population, la faisabilité technique et la sensibilité des habitants.

Les organismes de défense de l’environnement n’ont pas tardé à faire part de leurs inquiétudes à propos de ce communiqué. Si à ce jour, aucune activité ne semble avoir démarrée, ils craignent que l’entreprise soit en train de placer ses pions en vue d’une prochaine déréglementation autour du gaz de schiste.

En effet, le projet de loi 102 est actuellement en cours d’examen. Si la loi est adoptée, elle permettrait la réalisation de projets pilotes dédiés à des fins de recherche et d’expérimentation. Les projets de Questerre pourraient alors rentrer dans ce cadre et voir le jour.

Les défenseurs de l’environnement estiment que cela pourrait être alors la porte ouverte à la fracturation hydraulique en phase de test. Puis éventuellement, l’ouverture à une exploitation à grande échelle. Rappelons que la fracturation hydraulique est la seule technique pour exploiter les gaz de schiste de façon industrielle. Mais cette technique est largement décriée par les écologistes pour son impact néfaste sur l’environnement.

Le gouvernement s’est vu rassurant en indiquant n’avoir reçu aucune demande de la société Questerre pour le moment. Puis à ajouter que sans licence, aucune activité que ce soit ne pourra commencer.

Enregistrer

Une réflexion au sujet de « Questerre évaluerait le gaz de schiste dans la vallée du Saint Laurent »

  1. tanicle

    juin 8, 2017 at 5:24

    Non non et non
    Il n’y aura pas de gaz de schiste au Québec, on se battra s’il le faut

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.