France : Un rapport sur une extraction propre du gaz de schiste

Un rapport commandé par l’ancien ministre Arnaud Montebourg conclu à la faisabilité d’une extraction propre du gaz de schiste en France.

Le Figaro révèle l’existence d’un rapport diffusé à sept exemplaires. Il fut remis début 2014 au ministre du redressement productif Arnaud Montebourg. Ce rapport concluait qu’il est possible d’extraire de manière propre le gaz de schiste en France. Ceci en se passant de la technique controversée de la fracturation hydraulique.

rapport sur le gaz de schiste en France

Crédit : Battenbrook

Ce rapport met en avant la technique du fluoropropane à laquelle le-gaz-de-schiste.info consacrait un article il y a un peu plus d’un an. Par opposition à la technique de la fracturation hydraulique qui est soupçonnée de causer de graves dégâts sur l’environnement.

Rappelons que la fracturation hydraulique a été interdite en France dès 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Interdiction confirmée à l’arrivée de François Hollande au Pouvoir.

  • Une manne d’au moins 100 milliards d’euros pour la France

Ce rapport, qui n’avait jamais jusqu’à ce jour été dévoilé publiquement, met en évidence les intérêts multiples que la France pourrait tirer de l’exploitation des gaz de schiste sur son territoire grâce à la technique du fluoropropane. Selon le rapport elle «présente une réelle alternative permettant de répondre aux problèmes environnementaux posés par la fracturation hydraulique».

Le rapport chiffre les bénéfices à « au moins 100 milliards d’euros pour la France ». Ceci s’accompagnerait de la création de « 120 000 à 225 000 emplois ».

  • « Les gaz de schiste ne sont plus d’actualité » Ségolène Royal

Mais pour Ségolène Royal, la révélation de l’existence de ce rapport est un non événement. La France ayant tourné la page des énergies fossiles, ce qu’elle a pu ainsi rappeler sur Twitter. «Réponse au Figaro : rien à cacher. Les gaz de schiste ne sont plus d’actualité. Faisons la #transition énergétique. Investissons ENR . — Ségolène Royal (@RoyalSegolene) April 6, 2015».

Selon le Figaro, c’est donc le « véto absolu opposé par les Verts » vis à vis du gaz de schiste et la prudence du gouvernement et de l’exécutif qui a fini d’enterrer ce document dont nous apprenons l’existence plus d’un an après sa diffusion confidentielle.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.