5 rumeurs sur le gaz de schiste à l’étude

On entend volontiers tout et son contraire à propos du gaz de schiste. Analyse des 5 rumeurs les plus entendues actuellement.

Dès qu’un texte ou un document met en valeur le gaz de schiste, on accuse le lobby pétrolier d’en être à l’origine. A l’inverse, dès que le gaz de schiste est critiqué, on prétend qu’il s’agit de légendes urbaines lancées par quelques illuminés. Mais alors, ou se situe la vérité ? Quels sont les rumeurs autour du gaz de schiste ? Sont elles vraies ?

  • N°1 des rumeurs : Il n’y a pas beaucoup de gaz de schiste en France…

rumeurs sur le gaz de schiste

Réserve de gaz de schiste en Europe
Crédit : Richard Newell

FAUX. D’après l’AIE, l’agence internationale de l’énergie, la France et la Pologne se partageraient la première place des pays européens possédant les plus grandes réserves de gaz de schiste en Europe.

Chacune de ces deux nations possèderait plus de deux fois plus de réserves que le troisième, la roumaine. Le bassin parisien et le sud est de la France serait les plus grosses réserves du pays.

  • N°2 des rumeurs : La fracturation hydraulique est une technique utilisant de nombreux produits chimiques toxiques…

VRAI. La fracturation hydraulique consiste à injecter une grande quantité d’eau afin de fracturer la roche emprisonnant du gaz afin de récupérer ce dernier. L’eau injectée est mélangée à hauteur de 1 à 2% à plusieurs produits chimiques comme de l’acide chlorhydrique ou de la soude caustique mais aussi du benzène, du toluène, du xylène, du méthanol, etc… L’eau utilisée pour le forage est en grande partie récupérée à la surface mais il subsiste toujours une petite partie qui restera sous terre, avec son cocktail de composants toxiques.

  • N°3 des rumeurs : La fracturation hydraulique contamine les nappes phréatiques de composants chimiques néfastes…

FAUX. Nous l’avons vu au dessus, la technique de la fracturation hydraulique emploie des produits polluants mais à ce jour, personne n’a pu démontrer que des nappes phréatiques aurait pu être contaminées par ces produits toxiques.

  • N°4 des rumeurs : La fracturation hydraulique crée des tremblements de terre…

VRAI. Une activité sismique plus intense a été constatée à proximité des exploitations de gaz de schiste. Mais attention, on ne parle ici tremblements de terre d’intensité 2 ou 3 sur l’échelle de Richter. Ils sont classés comme « très mineur » et ne sont généralement pas ressenti par l’homme.

  • N°5 des rumeurs : Les compagnies américaines qui exploitent le gaz de schiste sont en difficulté financière

VRAI. L’exploitation du gaz de schiste a nécessité des investissements importants pour les sociétés qui se sont lancées dans cette activité. Or, cette exploitation a justement permis d’extraire de grandes quantité de gaz, ce qui a eu comme effet de faire chuter les prix. Avec un prix du gaz faible, les sociétés en question ont donc du mal à amortir leurs lourds investissement.

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.