Le gaz de schiste : Miracle ou gouffre pour l’économie ?

Le gaz de schiste apparait comme un miracle pour l’économie américaine. Mais une autre réalité commence à émerger.

Cette année, les États-Unis, première économie mondiale, vont devenir le premier pays producteur de pétrole et de gaz au monde. Selon les chiffres provenant de l’organisme officiel américain d’étude sur les énergies, les États-Unis produiront l’équivalent de 25 millions de baril de pétrole, contre 23 millions pour la Russie et 13 millions pour l’Arabie Saoudite (pratiquement 2 fois plus!)

Largement importateur d’énergie fossile il y a moins de 10 ans, les États-Unis annoncent être capable d’atteindre l’indépendance énergétique d’ici 2020. Ce miracle pour l’économie est du, vous l’aurez deviné, à l’extraction du gaz de schiste.

gaz de schiste : miracle ou fiasco pour l'économie

L’exploitation du gaz de schiste aux Etats-Unis
Crédit : Administration américaine sur l’énergie – Mai 2011

L’analyste IHS Cera a récemment indiqué que sur la période s’étalant du début de l’extraction jusqu’en 2012, l’exploitation du gaz de schiste avait créée 2,1 millions d’emplois directs et indirects aux États-Unis, avait généré 75 milliards de recettes supplémentaires pour l’état sous forme d’impôts.

De plus, s’agissant d’une énergie, le bénéfice est double et profite à toute l’économie américaine. En effet, non seulement ils produisent leur propre énergie au lieu de l’acheter à prix d’or à l’export, mais tous les domaines d’activités commerciales américains voient leur compétitivité accrue grâce à l’énergie bon marché qui est mise à leur disposition, ce qui fait chuter leur cout de production.

  • Des atouts cachant une tout autre réalité ?

Mais ces chiffres qui font rêver au niveau de l’économie américaine pourraient laisser place à une tout autre réalité. Les investissements nécessaires à l’exploitation du gaz de schiste ont été et sont toujours colossaux. Mais les premiers signes de ralentissement de la production des puits déjà existant aux États-Unis se font ressentir. Ceci bien plus tôt que prévu pour rentabiliser les investissements engagés. Les réserves des gisements de gaz de schiste auraient peut-être été gonflées. Ceci afin d’attirer les investisseurs indispensables à l’apport des fonds nécessaire à la création des puits, en leur faisant miroiter des gains faramineux.

De plus, cette production de gaz a eu comme conséquence de faire baisser le prix du gaz de manière exceptionnelle. Ce qui se révèle providentiel pour l’économie américaine comme vu plus haut. Mais ceci pénalise la rentabilité des puits. En effet, le prix du gaz à chuté de 12 dollars avant l’exploitation du gaz de schiste à environ 3 dollars. Dans ces conditions, le chiffre d’affaire des sociétés exploitant les puits reste faible, tout comme leurs marges. Ce qui n’est pas de bon augure pour lesdites sociétés, pour les investisseurs ayant déjà engagés des fonds et pour les nouveaux qui songeaient à le faire.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.